En prolongation, Hamlin – avec le nom de J.D. Gibbs dans la Toyota n ° 11 – retient fébrilement son coéquipier du Joe Gibbs Racing, Kyle Busch, pour remporter le 61ème Daytona 500.

« Toute la famille, ils ont tellement fait pour moi au cours de ma carrière. Celle-ci est pour J.D. », a déclaré Hamlin. “Il va nous manquer désespérément le reste de nos vies chez Joe Gibbs Racing. »

J.D. Gibbs, le fils aîné de Joe Gibbs, est décédé le 11 janvier à la suite de complications suite à une longue bataille contre une maladie neurologique dégénérative. Plus tard, le propriétaire de l’équipe, Joe Gibbs, a déclaré à propos de l’arrivée : “C’est la victoire la plus émouvante et la plus importante de toute ma vie.”

 

Temps forts de la course

Au 191e tour, Menard pousse DiBenedetto au virage 3 pour déclencher le Big One avec 21 voitures touchées, dont plusieurs prétendants, tels que Byron, Blaney, Aric Almirola, Daniel Suarez, Truex, Austin Dillon, Johnson, Stenhouse et Jones. « Je suppose que je vais prendre le blâme pour celui-là », a déclaré Ménard.

La course s’est arrêtée pendant près de 25 minutes pour nettoyer la piste de débris. La course est revenue au vert avec deux tours à faire avec Kyle Busch toujours devant, suivi de Hamlin, McDowell et Logano.

Bowyer vire devant McDowell dans le virage 3 au redémarrage pour provoquer un autre accident et a envoyé la course en prolongation. Chase Elliott, Keselowski, Byron, Landon Cassill et Jamie McMurray ont également été rassemblés.

Hamlin a émergé en tant que leader de la mêlée et ouvre la voie aux prolongations, suivi de Kyle Busch, Logano. Ce dernier trahit par son homologue de chez Ford, McDowell, qui le laisse sans soutien et par conséquent se retrouvent tous les deux relégués derrière un trio de Toyota.