Il est très intéressant de s’étaler sur le parcours du norvégien ce weekend en Sardaigne. Il était tout simplement bien plus haut que les attentes d’Andrea Adamo et c’est tout à l’honneur d’Andreas.

Se voir reléguer pour laisser place à un multiple champion du monde comme Sébastien Loeb n’est pas chose facile. Çà travaille à l’intérieur, çà fait réfléchir et même douter, pour le commun des mortels mais pas pour un pilote de rallye. Pour ce dernier c’est une remise en question qui se fait dans les virages serrés et les lignes droites et le retour derrière le volant de la i20 est une chance de prouver à plein de gens qu’ils ont tort.




Avec une écurie clairement centrée autour de Neuville et le titre de constructeur, pas beaucoup de temps reste pour développer de meilleurs configurations pour les autres pilotes qui, à cause de Loeb, jouent les chaises musicales selon les choix du français et d’Adamo pour ses prochaines participations. Ceci se reflète à travers la journée du vendredi où un mauvais choix de pneumatique gâche la matinée du norvégien avant qu’il ne retourne au parc de service après la première boucle et choisit de meilleurs pneus. Avec ces difficultés, il passe quand même toute la journée dans le top dix et termine la journée avec une victoire d’étape.

Positions de Mikkelsen par étape :

 

Le samedi, Andreas passe la journée à gérer une Hyundai qui patine de partout même avec le bon choix de pneumatique et rajoute une dose d’erreur en tapant le mur après le passage d’eau dans la douzième spéciale. Heureusement pour lui sans dégâts importants et il ne lui restait pas grand-chose avant la fin de la spéciale.

En SS13, il annonce déjà que la voiture est difficile à conduire mais il remet en cause les conditions de route qui se sont fait massacrer par les multiples passages mais à la dernière spéciale de la journée, il le dit clairement qu’il n’avait plus de pneus et qu’il devrait faire très attention pour finir la spéciale sans perdre la voiture qui partait dans tous les sens.

Avec une telle journée, il se retrouve à presque quinze secondes de Elfyn Evans avec qui il se bat pour la quatrième position.




Dimanche est un nouveau jour et le rallye comme tout sport, n’est fini que quand c’est fini. Je pense que c’est ce que s’est dit Andreas en se réveillant la dernière journée du rallye de Sardaigne car il n’a laissé rien à personne, même pas à Ott Tänak qui a dominé la journée précédente.

Mikkelsen remporte toutes les spéciales de la journée, Power Stage inclus pendant laquelle il dépasse Evans pour la quatrième place et avec les malheurs de Tänak, il se retrouve sur le podium.

Il fallait le voir dans ce dernier passage, à mes yeux, il était clair que ce qui poussait cet homme derrière son volant été bien plus qu’une position de mieux sur le classement général. Il coupait les épingles rasant tout sur son passage.

Il disait clairement à Adamo, dans chaque virage, qu’il fallait réfléchir avant de replacer Loeb dans ce baquet. Que s’il reste, comme prévu, un dernier passage du français chez Hyundai cette année, çà ne devrait pas être à ses dépens.




Les saints de la Sardaigne ont béni Mikkelsen, qui a profité de la pression mise sur Adamo suite aux tactiques utilisées au Portugal et n’a pu lui demander de nettoyer le passage pour Neuville et avec les points qu’il a ramené lui et Sordo, non seulement ils confortent la position de Hyundai au championnat constructeurs, mais ils se mettent tous les deux en positions pour arracher la cinquième, voir la quatrième position au championnat pilotes.

Je pense que la meilleure solution pour Adamo est de donner une chance à ses pilotes de peaufiner leurs setups et d’aller de l’avant dans le championnat sur les quatre prochains rendez-vous et si perte y est, alors le moins bon sera remplacé par Loeb au rallye de Catalogne où la présence du français devrait être bénéfique.